Bretagne,  Politique

Élections Crous en Bretagne. Un taux de participation historique

Du mardi 6 au jeudi 8 février, partout en France, les étudiants étaient invités à élire leurs représentants aux Crous. L’université de Rennes est marquée par une forte hausse de la participation. La répartition des sièges n’a pas évolué : L’Union Pirate conserve la majorité.

Evan Perine, candidat aux élections pour l’Union Pirate et seul candidat lannionnais, devant le CROUS de l’IUT de Lannion, le 12 février 2024. © Raphaël Ouptier

C’est une victoire pour l’Union Pirate. “On peut dire que c’est une réussite car on est l’organisation qui a le plus de représentation”, se félicite Evan Perine, candidat non-élu en dernière position sur la liste de l’Union Pirate (extrême-gauche). 4 sièges pour l’Union Pirate, 3 pour Bouge Ton Crous (gauche), soutenu par la FAGE, la Fédération des associations étudiantes de Bretagne occidentale (Fédé B) et la Fédération des Associations de Haute Bretagne (FAHB) : le rapport de force n’a pas évolué depuis la précédente élection en décembre 2021. Les deux mouvements de gauche conservent tous les sièges avec respectivement 49,55 % et 38,69 % pour l’Union Pirate et Bouge Ton Crous. Dernière liste en lice, l’Union nationale inter-universitaire (UNI), proche de l’extrême droite, n’a obtenu aucun siège.

Les représentants élus participent aux conseils d’administration, à diverses commissions et groupes de travail sur les différentes missions des Crous. Ils élisent également un vice-président qui deviendra l’interlocuteur privilégié de l’équipe du Crous parmi les 7 représentants élus et contribuent à l’élection de 8 représentants nationaux du Cnous, le Centre national des œuvres universitaires et scolaires (Cnous).

« C’est du populisme »

Bouge Ton Crous souhaite « travailler au niveau national [pour faire] en sorte que le système des bourses soit plus adéquat pour tous les étudiants », ainsi que « revoir l’offre de restauration » pour y proposer d’avantages de possibilités et y inclure « des alternatives végétariennes et véganes » explique Agathe Lemu, élue en deuxième position sur la liste Bouge Ton Crous pour la FAHB et la Fédé B. Ses élus souhaitent également rénover les résidences étudiantes, souvent vétustes, précise-t-elle. L’élue a « une visée à terme [de son mandat de 2 ans] d’une ouverture de 2,500 logements Crous sur le territoire breton ». Bouge Ton Crous militera également pour l’instauration pour tous du repas à 1€.

Deux mesures portées par l’Union Pirate sont le repas à 1€ et la rénovation ainsi que l’ouverture de nouveaux logements Crous. « Le repas à 1€ c’est ce qui touche le plus concrètement les gens » explique Evan Perine. Le lannionnais dénonce la « malhonnêteté intellectuelle » de la FAGE, dont les élus précédents « [n’ont] pas soutenu le maintien du repas à 1€ » et qui « tambourine que le repas à 1 euro [est] leur revendication principale ». « C’est du populisme », regrette le jeune homme.

La participation s’envole

Cette année, le taux de participation s’élève à 10,95 %, en forte hausse par rapport à 2021. Le nombre de suffrages exprimés a presque doublé, passant de 6.256 à 11.639. Le taux de participation breton est le plus fort de France quand la moyenne nationale s’établit à 8,77 % et a, elle, plus que doublé par rapport aux précédentes élections.

« On voit qu’il y a une sacrée politisation », se réjouit Evan. Malgré une forte hausse, la participation demeure faible, selon lui, car encore trop peu d’étudiants sont politisés. Ils « ne réalisent pas ce que leur voix peut changer ». De son côté, Grégoire Verna, tête de liste de l’UNI, explique cette hausse de la participation par « la mobilisation des différentes têtes de liste » avant d’ajouter « C’est aussi grâce à cette belle mobilisation qu’on a réussi à faire voter les étudiants en Bretagne. »

Nouveau rendez-vous manqué pour la droite

Comme il y a 2 ans, Bouge Ton Crous et l’Union Pirate sont soulagés que l’UNI n’obtienne aucun siège. « Il n’y a aucun syndicat de droite ou d’extrême droite qui n’a eu de siège au sein du conseil d’administration du CROUS, [c’est] pour nous une victoire », assure Agathe Lemu. « On se bat actuellement contre les idées d’extrême droite dans les conseils et les universités », ajoute la candidate fraîchement élue.

Grégoire Verna ne parle pas de défaite. Il est satisfait de la forte hausse des résultats de l’UNI, passée de 484 voix en 2021 à 1369 cette année. « Ça ne fait aucun doute que dans 2 ans, on aura 1 voire 2 élus si on continue cette belle dynamique », avance la tête de liste du parti proche de l’extrême droite. « On considère qu’au vu de la progression qu’on a faite franchement on a rien à regretter. »

Auteur/Autrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *