Bretagne

Fabrik ta pépite. La consé-création pour ces étudiants lannionais lors de ce concours entrepreneurial

De l’IUT à l’ENSSAT, Lannion était bien représenté pour cette 3ᵉ édition du concours régional « Fabrik ta pépite » se déroulant à Quimper. Deux groupes d’étudiants lannionais se sont hissés jusqu’au dernier échelon, remportant un prix chacun. Retour sur cette expérience particulière avec Hugo Cossec, l’un des participants, qui, dans le futur, espère « pouvoir faire de ce prototype un véritable projet ! »

Le concours visant à développer l’entrepreneuriat chez les étudiants de tous les domaines, se déroule sur une période de trois mois, à l’issue de laquelle il faut rendre un prototype. « Fabrik ta pépite » vise à « exp’OSer » une idée, comme l’indique le slogan de l’événement. « Cela peut aller du développement d’une application à la création d’un objet physique », explique Hugo Cossec, 18 ans, en filière MMI à l’IUT de Lannion. « n’importe quel étudiant breton peut participer, mais être en MMI ou à l’ENSSAT nous a aidé à développer certaines compétences, c’est certain ! »

Au total, une dizaine de prix sont distribués lors de la grande finale. Les équipes de Lannion se sont distinguées : le projet Localink, mené par Gabin Clavier, Hugo Cossec, Florian Soler, Thibault Sardou et Thomas Robson, a décroché le prix du prototype numérique avec son application pour l’état des lieux. Tandis que Modall, un projet de Théo Chasle Cauchy, Benjamin Bresson et Ethan Collin, a remporté le prix du campus Lannion avec des enceintes évolutives imprimées en 3D.

Une application pour faciliter les états des lieux

« Notre prototype est une application nommée Localink », explique Hugo Cossec, 18 ans, en filière MMI à l’IUT de Lannion. Le but de Localink est de faciliter les états des lieux pour les particuliers comme pour les professionnels. « Trois mois, ce n’était pas suffisant pour aller au bout de nos idées, cependant cela nous a permis d’avoir un projet à construire, et maintenant que nous avons remporté ce prix, nous espérons voir plus grand et plus loin ! »

« Ce concours nous a permis de rencontrer différents professionnels lors d’ateliers en présentiel et à distance, ce sont eux qui nous ont familiarisés avec la création d’entreprise et la création d’activité », détaille Hugo. « Entre différenciation, prototypage, adéquation besoin/marché, approche financière et communication, nous avions de quoi faire ! »

Les rôles étaient clairement définis dès le départ. Les étudiants de l’ENSSAT ont assumé le rôle de chefs de projet, prenant en charge la gestion complète du dossier de projet. Cela comprenait des tâches telles que l’analyse marketing, la rédaction de descriptions de projets détaillées et la supervision de la partie technique. D’un autre côté, les étudiants en MMI se sont concentrés sur la partie design du prototype, en offrant un regard neuf et créatif sur les stratégies de communication et de promotion du projet.

Les membres fondateurs de Localink : Hugo Cossec, Florian Soler, Thibault Sardou, Thomas Robson et Gabin Clavier (absent) © Mano Le Bris

« Bien plus qu’un simple prototype »

Hugo Cossec, étudiant en MMI à Lannion, s’occupe davantage de la partie communication. « Ma formation nous a permis d’avoir accès à du très bon matériel, permettant de faire des vidéos de présentation du prototype plutôt qualitatives. » Le prototype étant jugé par un dossier écrit et une présentation orale de 15 minutes suivie de 15 minutes supplémentaires de questions sur le projet, ces étapes faisaient pleinement partie du projet : « On ne savait pas comment ça allait se passer, mais au final la présentation se passe en huis clos avec trois jurés », détaille Hugo, « puis le soir, lors de la grande finale, notre vidéo était diffusée dans un amphithéâtre, c’était fou et assez intimidant ! »

« Ce projet, c’est bien plus qu’un simple prototype », une partie du groupe souhaite poursuivre l’aventure, composée de deux étudiants de l’ENSSAT : Florian Soler et Thomas Robson, et d’un étudiant en MMI : Hugo Cossec. « Les deux autres étudiants qui ont contribué à ce projet n’ont pas souhaité continuer », explique Hugo, avant de préciser : « C’est un projet qui nous a pris beaucoup de temps et qui va nous en prendre beaucoup à l’avenir. Nous sommes conscients de leurs contributions au projet et nous leur avons évidemment donné leur part amplement méritée ! » Comme l’explique Hugo : « Tout est encore à créer ! », l’idée pour les trois étudiants restants, c’est de continuer le projet Une volonté affichée : rentrer au cœur de l’entrepreneuriat, tenter de trouver des partenaires pour le projet et gagner en crédibilité comme en connaissance !

Théo Chasle Cauchy, Ethan Collin et Benjamin Bresson (absent). Leur prototype « Modall », ont été les seconds étudiants lannionais à remporter un prix lors de cette 3ᵉ édition. © Mano Le Bris

Auteur/Autrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *