Non classé

Vie étudiante. À Dinard, cette association étudiante combat le gaspillage alimentaire et la précarité étudiante.

« L’Assiette », c’est le nom de l’association dinardaise créée, entre autres, par son président Briac Rioual, étudiant en BTS hôtellerie management dans la même ville. L’idée a germé en février 2024, pour devenir une association le mois suivant. Pour l’instant, l’heure n’est qu’à la paperasse et l’organisation, mais les premières distributions devraient arriver en septembre 2024. L’association est définie par ses membres comme « une association luttant contre la précarité étudiante et le gaspillage alimentaire pour les étudiants et par les étudiants ».

Briac Rioual, à l’origine de l’association et actuel président, explique que l’idée lui est venue d’un coup de tête : « Je m’ennuyais, j’avais besoin de sens dans mes projets et dans ma vie, car les cours ne me suffisaient pas. » Le jeune homme a donc regardé les associations dinardaises auxquelles il pouvait consacrer du temps. « Puis, avec la réflexion, je me suis dit que cela pourrait être beaucoup plus amusant de créer ma propre association, d’autant plus qu’on a constaté qu’à Dinard, il n’y avait pas grand-chose pour les étudiants. » Une fois sa décision prise, Briac Rioual explique que tout s’est fait très vite, autour d’un appel avec Mathieu Goetghebeur et Paul Uetz, deux collègues et amis à lui. « Je les ai appelés vers 22-23 heures et directement, ils m’ont dit qu’ils étaient partants et m’ont aidé à mener à bien ce projet. »

La volonté de l’association est claire : proposer des distributions de kits alimentaires chaque semaine à partir de septembre 2024. Pour l’instant, l’association est encore jeune, mais la machine est bien huilée avec des objectifs précis. Le but affiché : lutter contre le gaspillage alimentaire et la précarité étudiante. « Nous récupérons les denrées excédentaires dans les grandes surfaces, les commerces, les marchés, et même les industries agroalimentaires », explique Briac Rioual, avant de préciser : « Notre priorité est de nous concentrer sur des produits simples, tels que des légumes ou des gâteaux, qui possèdent une date limite d’utilisation optimale (DLUO) la plus large possible. »

Il précise qu’il leur est impossible de récupérer des produits avec une date limite de consommation (DLC) courte, comme de la viande ou du poisson, car cela n’est pas autorisé. « Nous récupérons des légumes, des fruits, des gâteaux secs, et nous sommes en discussions avec des laiteries. Cependant, nous n’avons pas le droit de récupérer de la viande, car elle est instable et ne possède pas de DLUO, simplement une DLC, ce qui altère ses qualités organoleptiques, telles que le goût et l’odeur ».

Une action aux objectifs multiples

« Avec nos actions, nous cherchons avant tout à créer du lien », détaille le président de l’association. « Établir des liens entre les bénéficiaires, les bénévoles et les partenaires du projet est la clé pour atteindre nos objectifs. » Bien conscient que le concept de distribution alimentaire est déjà existant, les membres de l’association reconnaissent que leur objectif n’est pas de faire concurrence aux autres acteurs, comme les Restos du Cœur ou les Corsaires Solidaires de Saint-Malo. « Cela serait contre-productif ! » Souligne Briac Rioual. « Dans ce milieu, les associations échangent entre elles. Nous avons demandé des conseils, et par exemple, nous donnons les restes de nos collectes à la banque alimentaire pour qu’elle puisse aussi les redistribuer. »

Pour l’instant, l’association rayonne principalement à Dinard, mais elle ambitionne de s’étendre jusqu’à Saint-Malo. L’objectif est de proposer une aide supplémentaire, plus accessible que les solutions actuelles. « Nous avons fait le choix de distribuer gratuitement nos kits alimentaires. Cela demande des concessions, mais nous l’avons fait parce que nous estimons qu’il est important de promouvoir la gratuité. » L’équipe de l’association « L’Assiette » exprime son désir d’offrir un soutien supplémentaire axé sur les étudiants. Ils soulignent que les critères d’éligibilité, tels que les revenus, des institutions comme les Restos du Cœur ou la Banque Alimentaire de Dinard, peuvent exclure certains étudiants.

« Nos actions sont menées par des étudiants et pour des étudiants », égraine Briac Rioual. Ce mode de fonctionnement permet de briser la barrière éthique qui empêche certains étudiants de franchir le pas de la banque alimentaire, car « trop souvent, ils ne se croient pas assez légitimes pour bénéficier de ces aides reconnues. »

De gauche à droite : Briac Rioual, Mathieu Goetghebeur et Paul Uetz, respectivement président, vice-président et trésorier de l’association « L’Assiette » © Briac Rioual

De nombreux membres et partenaires rejoignent le projet

Bien que l’association soit encore très jeune, ses membres ne manquent ni d’idées ni d’accompagnement. Composée à l’origine de Briac Rioual et de Mathieu Goetghebeur, respectivement président et vice président, ainsi que de Paul Uetz assumant le rôle de trésorier, le collectif est très vite rejoints par de nombreux adhérents, portant le total à une vingtaine de membres.

D’un autre côté, les membres de l’association sont suivis de très près par leurs différents professeurs, élus et autres bénévoles. « Chacune des personnes qui gravite autour du projet nous aide pour le mener à bien « , c’est ce que pense Briac Rioual « nos professeurs peuvent nous aider sur la gestion des différents tableaux compte de la trésorerie ou bien sur le marketing et la communication autour de l’association. » Deux membres de l’association s’occupent du compte Instagram tandis que le collectif réfléchit à produire du contenu sur Facebook ou encore Tik Tok.

D’un autre côté, les membres de l’association multiplient les rencontres avec les élus de Dinard afin de rechercher un local pour parfaire leurs activités, tandis que de l’autre côté un partenariat se dessine avec Le Roi Merlin, afin de rénover le dit local : « ils veulent nous suivre sur le projet, ça fait plaisir de voir que de grosses entreprises s’y intéressent » explique le président de l’association « pendant une journée, ils nous prêteraient du matériel et leurs employés afin de changer le potentiel local que l’on aurait à notre disposition, ça serait une superbe opportunité ! »

L’avenir de « L’Assiette » s’annonce prometteur, avec une volonté forte de créer du lien social tout en luttant contre la précarité alimentaire étudiante. Le rendez-vous est pris pour septembre pour le lancement officiel de leurs activités.

Informations pratiques :

Le compte instagram de l’Assiette.

Auteur/Autrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *